Violences illégitimes: la réaction d’un officier

 

Hier, le site Révolution permanente (site d’information du « courant communiste révolutionnaire » du Nouveau Parti anticapitaliste) publiait le témoignage, initialement paru sur la page Facebook d’un enseignant et depuis repris sur les réseaux sociaux, d’un jeune homme victime d’un contrôle d’identité au cours duquel, raconte-t-il, des insultes ont été lancées par les policiers, des violences ont été exercées et de graves menaces ont même été proférées, donnant le titre choc de l’article : « Violences policières : On va te violer, on va venir chez toi, on va venir à la Sorbonne vous exterminer toi et tes collègues. »

La victime, qui se trouvait à la sortie d’une gare de la banlieue parisienne, raconte avoir assisté à une interpellation particulièrement violente menée par des policiers qui tentaient de maîtriser une femme – noire – d’une cinquantaine d’années, menottée et hurlant qu’on lui faisait mal. Voulant témoigner des abus policiers, le jeune homme a sorti son téléphone portable pour filmer la scène. Rapidement, deux policiers se sont jetés sur lui, le maintenant face contre le mur à l’aide de clefs de bras en lui assénant des obscénités. Puis ils ont fouillé son sac et son portable pour effacer la vidéo.

Ne connaissant pas le contexte d’intervention de ces fonctionnaires de police, il est difficile de réagir à chaud sur ce qui s’est réellement passé. Quoi qu’il en soit, si cet homme n’a pas tenu de propos déplacés, s’il s’est contenté de filmer la scène, les policiers n’avaient pas à intervenir sur lui : de nombreuses circulaires leur rappellent que leur action est publique et qu’on ne peut interdire à qui que ce soit de filmer leurs interventions, qu’elles se passent bien ou mal.

Si de tels agissements ont bien eu lieu, si de tels propos ont bien été tenus et si des menaces aussi graves ont bien été proférées, le collectif Citoyens & Policiers, qui œuvre pour le rapprochement de la population avec sa police, ne peut que condamner de tels agissements, scandaleux pour des fonctionnaires censés être au service de la population. D’abord parce qu’ils sont complètement illégaux, ensuite parce qu’ils sont évidemment contraires à la déontologie policière (1) mais surtout parce qu’ils ne sont pas dignes d’un être humain. Et, enfin, parce qu’ils provoquent un sentiment de frustration parmi la population, sentiment propre à engendrer un cycle de violence difficilement maîtrisable par la suite. Maurice Grimaud, préfet de police, écrivait dans sa célèbre lettre adressée aux policiers en mai 1968 : « Toutes les fois que des violences illégitimes sont commises contre un manifestant, ce sont des dizaines de ses camarades qui souhaitent le venger. Cette escalade n’a pas de limite. »

La police doit être exemplaire et se placer au service des citoyens si elle veut que ceux-ci le lui rendent bien. Sinon, nous aurons beau multiplier les manifestations pour dire « halte à la haine anti-flics (2) », nous pourrons lancer autant de pétitions que nous voulons pour demander le soutien de la population, cela ne servira à rien si certains continuent à avoir des comportements odieux et multiplient les actions violentes et les humiliations.

Les policiers doivent être conscients qu’on ne peut pas exiger le respect et faire régner l’ordre en usant des contraintes physiques, de l’intimidation, des menaces et de la violence en espérant soumettre la population. Les agissements de ces policiers jettent l’opprobe sur toute une profession et met en difficulté des milliers de leurs collègues qui exercent chaque jour leur travail consciencieusement au service du citoyen, et parfois au péril de leur vie, avec justesse et abnégation.

Stéphane Lemercier, capitaine de police, membre du collectif Citoyens & Policiers

(1) Article R. 434-14 du Code de déontologie de la police nationale et de la gendarmerie : « Respectueux de la dignité des personnes, le policier veille à se comporter en toutes circonstances de manière exemplaire, propre à inspirer en retour respect et considération. »

(2) http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2016/05/18/la-police-manifeste-contre-la-haine-antiflic_4921582_1653578.html.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *